CairO GAME

Contexte

En 2015, la population du Caire était d’environ 19 millions d’habitants, avec 2,3 millions de véhicules privés immatriculés, ce qui contribue à près de 26 % de la pollution totale par les particules en suspension (PM10), comme l’a récemment estimé le ministère égyptien des affaires environnementales.

Un moyen efficace d’améliorer la santé publique face à ces polluants consiste à mieux comprendre la variabilité spatiale de ces polluants par rapport à la circulation, à l’aménagement du territoire, à l’environnement bâti et à d’autres facteurs connexes (par exemple, la météorologie) afin d’élaborer des politiques et directives novatrices susceptibles de réduire l’impact de la pollution atmosphérique liée au trafic sur la santé.

Pour mieux cibler les efforts des autorités publiques et s’assurer qu’il ne soit pas créé de collectivités vulnérables aux maladies respiratoires et cardiovasculaires chroniques et aiguës, il est nécessaire de pouvoir disposer de DONNÉES sur la qualité de l’air et l’activité humaine.

Objectifs

Le projet CairO GAME vise à mettre en place un dispositif dynamique et en temps réel de mesure et de modélisation de la qualité de l’air (polluants, particules) sur la Métropole du Grand Caire, par le biais de capteurs fixes, et également de capteurs embarqués sur les toits des bus, permettant un meilleur maillage des informations recueillies.

Ce dispositif doit permettre la bonne compréhension de l’étendue de la pollution atmosphérique et la possibilité d’esquisser des scénarios (en particulier de transports collectifs) permettant d’améliorer la qualité de l’air et de diminuer l’exposition de la population cairote à la pollution atmosphérique.