Kribi la belle aux technologies durables

Contexte

Les innovations scientifiques et technologiques ont un impact certain sur l’environnement. Le défi de vouloir satisfaire les besoins aussi divers que variés amène les fournisseurs à produire les biens et les services qui ont une influence sur la nature. Les pays émergents ont désormais intérêt à discerner le développement durable du développement tout court.

Les initiatives peuvent être prises à plusieurs niveaux. Une mise en œuvre conjointe des activités des organisations non gouvernementales,des gouvernements et des associations de la société civile permet de jumeler les efforts afin de mieux cerner le bien-être des populations. On gagnerait à améliorer les conditions de vie d’une part et préserver la nature d’autre part.

L’Association des Femmes Ingénieures et Scientifiques au Cameroun (AFISC) affiliée au Réseau International des Femmes Ingénieures et Scientifiques (INWES), est dans cette mouvance de bâtir un futur meilleur. Une initiative ICT4D² (Information and Communication Technologies For Durable Développent) est envisagée au sein des communes d’arrondissement afin de limiter les effets de pollution et recycler les outils TIC.

ICT4D² se veut une initiative duplicable dans les communautés avec la possibilité de créer les emplois. Elle est l’une des solutions à l’équation de l’équité numérique: (N-S) + (H-F) + (Fu-Fr) =0 qui se veut réductrice des différentes fractures entre pays industrialisés et pays émergents.Les entreprises et l’économie française bénéficieront de ces besoins adaptés et ciblés afin de produire les outils innovants bénéfiques à l’homme tout en préservant l’environnement. Si l’ingénierie durable est déjà une problématique dans les pays industrialisés, elle peut devenir un défi dans les pays émergents. Il est question d’appréhender à l’avance ce challenge pour la mise en œuvre effective d’un développement durable.

 

Objectifs

L’évolution doit appréhender à l’avance le challenge de la mise en œuvre effective d’un développement durable.

L’objectif principal est d’optimiser l’usage des TIC tout en préservant les communes des pollutions.

Les objectifs spécifiques sont de trois ordres

  • Recenser et recycler les outils des TIC non utilisés
  • Générer les emplois et les revenus
  • Transposer cette initiative dans les autres communes, les autres villes, les autres pays d’Afrique.